Législatives en Inde: le nationaliste Modi en route pour la victoire, percée de l’opposition

Le Premier ministre indien Narendra Modi s’achemine mardi vers la victoire aux élections législatives en Inde mais avec une majorité parlementaire réduite, « puni » d’après l’opposition qui sort renforcée du scrutin, après 95% de bulletins de vote dépouillés.

Les analystes et les sondages à la sortie des urnes prévoyaient une victoire écrasante de M. Modi et de son parti, dont la campagne a séduit la majorité hindoue, au grand dam des minorités religieuses.

Mais pour la première fois en une décennie, le Bharatiya Janata Party (BJP) de M. Modi pourrait ne pas emporter avoir la majorité seul et être obligé de s’appuyer sur les alliés de sa coalition, selon les chiffres de la commission électorale.

Le Congrès, principal parti d’opposition, semble de son côté en mesure de quasiment doubler le nombre de sièges parlementaires, un revirement remarquable obtenu grâce à des accords visant à présenter des candidats uniques contre le rouleau compresseur du BJP.

« Les électeurs ont puni le BJP », s’est félicité devant la presse le chef du Congrès Rahul Gandhi, réélu avec une avance de plus de 364.000 voix dans la circonscription méridionale de Wayanad.

Selon la commission électorale, après dépouillement de 95% des bulletins, le BJP et ses alliés obtiendraient au moins 292 sièges. Il en faut 272 pour avoir la majorité à la chambre basse de 543 sièges.

Le BJP, avec 36,8% des voix, ne mène qu’avec 240 sièges, selon ces résultats partiels, soit bien moins qu’en 2019 quand il avait remporté 303 sièges. Le Congrès, au contraire, remporterait 98 sièges contre 52 cinq ans plus tôt.

Au siège du BJP, l’heure était déjà à célébrer la victoire. M. Modi a été réélu comme député de la circonscription de Varanasi, sa troisième victoire dans l’ancienne Bénarès, ville sainte de l’hindouisme.

Avec 612.970 voix, il devance de 152.000 voix le plus proche de ses rivaux, contre 500.000 voix d’avance cinq ans plus tôt.

Le siège du Congrès, principal parti d’opposition, était également en liesse. « Le BJP a échoué à obtenir une large majorité à lui seul », a déclaré à la presse Rajeev Shukla, député du Congrès. « C’est une défaite morale pour eux. »

Face à un score meilleur que prévu de l’opposition et une majorité réduite pour le BJP, l’indice de référence Sensex a chuté de plus de 7% à la Bourse de Bombay, avant de se reprendre et de clôturer en baisse de 5,7%.

Le cours de la principale entreprise cotée en Bourse du milliardaire indien Gautam Adani, un allié clé de Modi, Gautam Adani, a chuté en séance de 25%.

M. Modi, 73 ans, qui reste très populaire après deux mandats, s’était déclaré ce week-end certain que « le peuple indien a(vait) voté en nombre record » pour le réélire, après une décennie passée à la tête du pays.

Les opposants au Premier ministre, parfois paralysés par des luttes intestines, ont peiné face à la puissance de son parti et accusé le gouvernement d’instrumentaliser la justice à des fins politiques en multipliant les poursuites à leur encontre.

La fondation américaine Freedom House a, elle aussi, estimé que le BJP avait « de plus en plus recours aux institutions gouvernementales pour cibler les opposants politiques ».

Dénonçant un recul démocratique, l’opposition et les défenseurs des droits humains ont accusé M. Modi de favoriser les hindous, majoritaires dans le pays, au détriment d’importantes minorités, dont 210 millions d’Indiens musulmans, inquiètes pour leur avenir.

A l’inverse, M. Modi a accusé le Congrès de vouloir distribuer la « richesse nationale » aux « infiltrés », « à ceux qui ont le plus d’enfants », désignant ainsi la communauté musulmane.

Indignée, l’opposition a saisi les autorités électorales qui n’ont pas sanctionné le Premier ministre.

Quelque 642 millions d’Indiens ont voté dans ce scrutin qui s’est déroulé en sept phases étalées sur une période de six semaines, suscitant une participation élevée.

Sur la base des 968 millions d’électeurs recensés par la commission, 66,3% des électeurs ont pris part au scrutin, un peu moins qu’en 2019. Le taux de participation avait atteint 67,4%.

Bouton retour en haut de la page