L’Intelligence Artificielle sous la loupe d’experts à Safi

“Intelligence Artificielle et la Communauté du Savoir : Opportunités, Dimensions, Défis » a été le thème d’un Congrès scientifique international, tenu du 25 au 27 avril à Safi, avec la participation d’un parterre d’experts, de chercheurs et de professionnels marocains et étrangers.

Organisé sous l’égide de la Revue scientifique « Al Modawana » en partenariat avec le Centre Démocratique Marocain des Études et de Recherches, le Laboratoire du Droit public et des Droits de l’Homme de l’Université Hassan II de Casablanca et la Fondation Safi pour le Développement, cet événement scientifique de grande envergure a été l’occasion pour les participants d’explorer en profondeur les diverses dimensions et implications de cette technologie en constante évolution.

Des participants en provenance de différents pays, tels que le Canada, les États-Unis, la France, le Cameroun et du Maroc ont ainsi pris part à une série de conférences, d’ateliers et de sessions de brainstorming organisés à cette occasion, mettant ainsi en exergue la richesse et la diversité de leurs compétences et connaissances. Le but étant d’explorer les voies et les perspectives permettant de positionner l’IA comme un outil universel et efficace au service de l’humanité et des Objectifs de Développement Durable (ODD).

Au terme de cette rencontre internationale, il a été procédé à l’adoption de la “ Déclaration de Safi sur l’Intelligence artificielle”.

Ainsi, sur la base d’un éventail de références mondiales et des conclusions de ce Congrès, cette Déclaration énonce un ensemble de principes susceptibles de favoriser une pratique vertueuse de l’IA et de contribuer à son intégration harmonieuse dans la société.

Elle vise également à faciliter la réalisation des ODD en mettant en avant des lignes directrices éthiques et pratiques pour guider l’adoption et l’utilisation responsables de l’IA dans divers domaines.

a travers cette déclaration, les participants ont plaidé en faveur d’un engagement concerté afin d’atténuer les risques liés à l’essor de l’IA, soulignant la nécessité de développer des cadres législatifs et réglementaires adaptés pour encadrer son déploiement, tout en encourageant une approche équilibrée qui capitalise sur les avantages tout en minimisant les vulnérabilités de cette technologie.

De plus, ils ont proposé de renforcer les investissements dans l’IA en tant que pilier pour l’avenir, mettant en relief son potentiel à transformer les sociétés et à stimuler l’innovation à l’échelle mondiale.

Ils ont suggéré parallèlement de faire de l’IA un guide pour garantir l’efficacité des politiques sociales, économiques, sécuritaires et militaires, tout en prenant en compte les considérations éthiques et les droits fondamentaux des individus.

La nécessité de développer des normes internationales et nationales pour gouverner l’IA est également mise en avant dans la Déclaration, afin de créer un environnement sûr et fiable pour son déploiement et son utilisation responsable.

Enfin, la Déclaration propose d’élargir le débat académique et public sur l’IA, encourageant une réflexion continue et une sensibilisation accrue sur ses implications sociales, éthiques et économiques, ainsi que sur son potentiel transformatif.

Dans une déclaration à la MAP à cette l’occasion, Amine Benzitoun, directeur de publication de la Revue scientifique « Al Modawana », a indiqué que l’objectif primordial de cette initiative est de dresser un panorama exhaustif de l’IA, précisant que les résultats, conclusions et recommandations de ce Congrès seront ultérieurement publiés afin de maximiser la diffusion des avantages issus des travaux de cette conférence scientifique d’envergure.

« Ce conclave aboutira à la réalisation d’une étude prospective stratégique visant à anticiper les avantages ainsi que les éventuels obstacles que l’IA pourrait entraîner pour le Royaume, à l’échelle nationale, régionale et mondiale », a-t-il fait observer, estimant que cette démarche s’avère cruciale pour une planification optimale des politiques et des stratégies à adopter dans le contexte de l’évolution rapide de la technologie et de ses implications sur divers aspects socio-économiques.

M. Benzitoun a ajouté que ce travail académique et scientifique entend également analyser les stratégies envisageables permettant au Maroc de passer du statut de simple consommateur à celui de producteur d’IA, notant que cette transition s’inscrit dans une perspective visant à renforcer la compétitivité mondiale du Royaume dans ce domaine.

Ce Congrès international, qui s’est articulé autour d’une dizaine de thèmes variés à l’instar de la technologie, de l’éthique, de l’innovation et de la gouvernance en IA, a permis d’échanger sur les perspectives et les meilleures pratiques, de stimuler la collaboration entre chercheurs et professionnels et d’inspirer de nouvelles idées et initiatives dans le domaine de l’IA.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cinq × trois =

Bouton retour en haut de la page